Mes Dernières Chroniques



19 août 2015

Le Pensionnat de Mlle Géraldine, tome 1 : Etiquette & espionnage de Gail Carriger

J’étais curieuse de lire Le Pensionnat de Mlle Géraldine, tome 1 : Etiquette & espionnage de Gail Carriger, surtout quand j’ai vu que son auteur était celle qui avait écrit Sans Âme que j’avais adoré. Et même si l’auteur aurait pu aller plus loin sur l’explication et approfondir cet univers, j’ai vraiment adoré cette histoire, avec une héroïne pleine de ressource et possédant un fort caractère, qui donne parfois de drôles de situations. Ce fut donc une très belle lecture, et j’étais tellement dans l’histoire que j’ai vite enchaîné le deuxième tome ^^

Titre : Le Pensionnat de Mlle Géraldine, tome 1 : Etiquette & espionnage
Auteur : Gail Carriger
Editeur : Orbit
Parution : 2014
Pages : 354

Résumé de l’éditeur :
C’est une chose que d’apprend à faire une révérence comme il faut.
C’en est une autre que d’appendre à la faire en lançant un couteau.
Angleterre, début du XIXe siècle, Sophronia, 14 ans, est un défi permanent pour sa pauvre mère : elle préfère démonter les horloges et grimper aux arbres qu’apprendre les bonnes manières ! Mme Temminnick désespère que sa fille devienne jamais une parfait lady, aussi inscrit-elle Sophronia au Pensionnat de Mlle Géraldine pour le perfectionnement des jeunes dames de qualité.
Mais Sophronia comprend très vite que cette école n’est peut-être pas exactement ce que sa mère avait en tête. Certes, les jeunes filles y apprennent l’art de la danse, celui de se vêtir et l’étiquette ; mais elles apprennent aussi à donner la mort, l’art de la diversion, et l’espionnage – le tout de la manière la plus civilisée possible, bien sûr.
Cette première année au pensionnat s’annonce tout simplement passionnante.


Mon Avis

Tout commence avec Sophronia, une jeune fille de 14 ans, qui donne du fil à retordre à sa mère avec son comportement. En effet,, elle ne se comporte pas comme une jeune fille bien éduquée le devrait car au lieu d’apprendre l’étiquette, elle préfère démonter des objets / des machines et grimper un peu partout juste pour le plaisir. Ce comportement déplait beaucoup à sa mère et surtout lui fait honte, car dans ce monde, ça ne se fait pas. C’est donc pour cela qu’elle demande conseil à une de ses connaissances pour la faire entrer dans un pensionnat de jeunes filles de la bonne société.

Sophronia, qui était loin de se douter de ce que sa mère préparait, va être plus que surprise et surtout très mécontente. Mais elle va très vite se rendre compte, avant même d’arriver au Pensionnat de Mlle Géraldine, que cet endroit est très loin d’être ce que sa mère imagine. En effet, dans ce pensionnat les jeunes filles n’apprennent pas seulement les bonnes manières mais aussi comment espionner, empoisonner, charmer et d’autres petites choses, sans oublier comment tuer. Donc Sophronia va être intriguée par ce nouveau pensionnat qui se révèle beaucoup plus intéressant qu’elle ne le pensait au premier abord.

Dans ce monde, où les loups-garous et les vampires existent et sont surtout acceptés ou tout du moins assez présents politiquement et où, l’un des moyens de transport le plus évolué est le dirigeable, Sophronia est sur le point de voir sa vie grandement changer. Elle va se retrouver mêlée à des manigances qui vont quelque peu la dépasser, mais heureusement elle pourra compter sur le contenu de ses cours, mais aussi sur ses nouvelles rencontres, pour pouvoir mieux comprendre ce qu’il se trame.

Sophronia est une jeune fille originale assez casse-cou, qui n’en fait qu’à sa tête et pleine de répartie. Elle n’est pas du genre à se laisser faire et surtout à laisser faire les autres ce que bon leurs semble. Grâce à elle, il y a pas mal d’humour et des situations assez originales qui m’ont fait passer de très bons moments. Elle a aussi l’art de se faire assez facilement des amis aussi divers, qu’originaux et plein de ressources. Je trouve son personnage assez complet même si parfois j’aimerais bien en savoir plus sur ce qu’elle pense ou ressent.

L’intrigue est bien menée des les premières pages, il se passe des choses, un livre plein d’actions et d’intrigues bien menées. Beaucoup de personnages hauts en couleurs rythment l’histoire et l’a rend très sympathique à lire. Beaucoup de personnages « secondaires » sont très intéressants et j’espère que j’aurais l’occasion d’en découvrir plus sur eux, car certains m’intriguent, dont ces copines de chambre et le personnage qu’elle a rencontré et qui aide à faire fonctionner l’école.

Car en effet, ce pensionnat est très original, pas seulement à cause de sa spécialité mais pour d’autres raisons aussi, telles que : les professeurs sont inquiétants et pas forcément tous humains, ce qui met un peu de piment à la situation, de plus leur école n’a pas vraiment d’adresse, elle bouge et est aussi un vrai terrain de jeu pour ces apprenties espionnes et surtout pour Sophronia qui va voir son expérience dans les arbres être très utile. Sans oublier que même les professeurs, ont des secrets et manigancent beaucoup, en même temps c’est assez logique vu leur profession.

J’ai vraiment apprécié cet univers steampunk, je le trouve assez complet et je dois dire que je suis contente de retrouver l’ambiance et l’univers du protectorat de l’ombrelle, j’avais vraiment aimé le premier tome que j’avais lu : Sans âme. Même si je dois avouer que les choses, dans ce tome là sont un peu moins approfondies. Je sais que cette série est plus destinée à la jeunesse mais j’aurais aimé retrouver un peu plus la façon de faire de Gail Carriger, présente dans Sans âme. Mais ça ne m’empêche pas d’avoir vraiment apprécié me plonger dans les aventures de Sophronia.

Ce fut donc une belle lecture, pleine d’actions et d’humour. J’ai passé un très bon moment en compagnie de Sophronia et de ses amis dans une intrigue assez complexe, palpitante et pleine de rebondissements. Mais je mets un tout petit bémol pour ce livre qui se ressent comme étant une série pour ados, dommage que certaines choses ne soient pas plus approfondies. Mais le rythme et l’humour atténuent assez bien mon ressenti. C’est pour cela que je me suis très vite lancée dans la suite de cette série.


3 commentaires:

  1. Je suis une grande fan du Protectorat de l'ombrelle de Gail Carriger et cela fait longtemps que je souhaite commencer Le Pensionnat de Mlle Géraldine :) tu as attisé mon envie !

    RépondreSupprimer
  2. Est ce qu'on peux lire Le pensionnat de Mlle Géraldine sans avoir lu le protectorat de l'ombrelle ?!

    RépondreSupprimer
  3. Est ce qu'on peux lire Le pensionnat de Mlle Géraldine sans avoir lu le protectorat de l'ombrelle ?!

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...