Mes Dernières Chroniques



2 juin 2015

Le Passage du Diable de Anne Fine

Je me suis décidée à lire Le Passage du Diable de Anne Fine pour deux raisons : Sa couverture que je trouvais sympathique mais surtout le fait que ce livre a reçu le prix Sorcières 2015, alors ça m’a rendue curieuse de le lire.

Titre : Le Passage du Diable
Auteur : Anne Fine
Editeur : Ecole des loisirs
Parution : 2014
Pages : 307

Résumé de l’éditeur :
Depuis son plus jeune âge, Daniel Cunningham a vécu enfermé, avec pour seule compagnie les livres et sa mère – qui l’a gardé reclus, à l’écart du monde extérieur, et qui n’a cessé de lui répéter qu’il était malade. Un jour, des coups frappés à la porte vont tout changer.
Des voisins ont découvert son existence, et résolu de libérer Daniel de l’emprise de sa mère. Pris en charge par le docteur Marlow et sa famille, il va découvrir peu à peu que tout ce qu’il tenait pour vrai jusque-là n’était qu’un tissu d’histoires racontées pour le protéger. Mais le protéger de quoi ? De sa vie d’avant, Daniel n’a gardé qu’une maison de poupée. Et pas m’importe qu’elle maison de poupée : c’est la réplique exacte de la maison natale de sa mère, une maison qui recèle de nombreux et sombres secrets. Jusqu’à quels vertiges ces secrets conduiront-ils Daniel ?


Mon Avis

Dès le début de l’histoire on entre dans une ambiance assez étrange. On rencontre Daniel, un jeune garçon, qui n’est jamais sorti de chez lui, il a juste parfois le droit de sortir sur le perron. La raison est simple et claire pour lui, sa mère lui a expliqué depuis qu’il est tout petit qu’il est malade, fragile, donc il ne doit pas trop marcher, rester debout, faire attention à la fraîcheur, etc…

Mais un jour, les voisins, qui ont aperçu ce jeune homme complètement inconnu plusieurs fois alors que la mère de Daniel est connue pour vivre seule dans sa maison, décident de prendre les choses en main. Par la ruse, ils arrivent à faire entrer le médecin du quartier dans la maison, et il se rend vite compte que Daniel est en pleine santé. Le docteur Marlow décide donc de le sortir de là, et de le faire vivre chez lui pour que Daniel se réadapte, et la mère envoyée à l’asile car son comportement n’a aucun sens, et ne donne aucune explication.

Le choc va être très dur pour Daniel : Pourquoi sa mère lui aurait menti ? Pourquoi l’empêcher de voir des gens ? Pourquoi il ne sait rien sur le passé de sa mère ? D’où lui vient cette maison de poupée ? Qui est son père ? A-t-il toujours de la famille ? Pourquoi sa mère vivait recluse ? Pourquoi ne voulait-elle jamais parler d’elle ? Et pourquoi, maintenant qu’il a trouvé un nouveau personnage dans sa maison de poupée, les histoires qu’il invente deviennent violentes ? Il va essayer de répondre à chacune de ces questions, mais tout ne va pas être facile à trouver et aussi à entendre.

D’un autre côté, le docteur Marlow lui aussi s’interroge sur tout ça. Mais il y a d’autres choses qu’il trouve étrange : Pourquoi Daniel a-t-il autant d’endurance alors qu’il n’a jamais rien fait de physique ? D’où lui viennent ses bonne manières en société, et on ne peut pas apprendre qu’en lisant des livres ? Si cette maison de poupée est la miniature de la maison d’enfance de la mère de Daniel, où se trouve-t-elle ?

L’intrigue est assez vite présente dans l’histoire, on attaque rapidement le vif du sujet. Tout tourne autour d’une seule et même maison, qu’elle soit en modèle miniature, la maison de poupée, ou à taille réelle, la maison d’enfance de la mère de Daniel. Car les aventures de Daniel vont le mener là où tout a commencé, la maison familiale de sa mère. Il va devoir faire face et résoudre les différents mystères qui entourent cette maison et surtout sa famille.

Une fois plongée dans ce livre, je l’ai lu d’une traite. Je ne me suis pas du tout ennuyée. Le personnage de Daniel est attachant et c’est loin d’être le seul. L’histoire est bien ficelée, avec des descriptions brèves, des révélations, des secrets et une petite dose de fantastique.

Mais il ne faut pas oublier que ce livre est plus orienté pour les adolescents, et ça se ressent un peu, c’est normal. Par exemple, l’histoire aurait pu être plus sombre, le personnage de la mère est juste un peu survolé, de même pour le père qu’on ne fait que citer deux, trois fois. Et le dénouement de l’histoire qui est assez prévisible. Dès le début je m’était doutée du rôle de la maison de poupée ^^

Mais bon, ça ne m’a pas empêchée de passer un très bon moment car l’écriture est fluide et agréable, je me suis donc laissée emporter avec plaisir dans l’histoire. Donc c’est un bon petit thriller teinté de fantastique à destination d’un public de 12 ans et plus.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...