Mes Dernières Chroniques



23 déc. 2014

Dolores Claiborne de Stephen King

Depuis le temps que j’avais envie de lire et de découvrir l’univers de Stephen King, je viens enfin de me lancer et maintenant je regrette de ne pas l’avoir fait plus tôt car j’ai vraiment aimé son style et son histoire. J’ai commencé par lire Dolores Claiborne de Stephen King, là il n’y a aucun monstre dans cette histoire, seulement des humains qui ont du faire des choix difficiles...



Résumé de l’éditeur :
De son propre aveu, Dolores Claiborne n’est qu’une vieille garce : mauvais caractère, mauvaise langue, mauvaise vie.
A Little Tall, on attend toujours de savoir ce qui s’est exactement passé il y a trente ans, le jour de l’éclipse et de la mort de Joe, son mari. Mais ce qui intéresse surtout la police, c’est ce qui est arrivé hier, quand la riche et sénile Vera Donovan est morte et que seule Dolores, sa gouvernante depuis des décennies, était avec elle.
Dolores Claiborne n’a pas le choix : elle doit parler. Et ce qu’elle raconte est très différent de ce qu’on imaginait, beaucoup plus noir, beaucoup plus étrange – et beaucoup plus horrible.




Mon Avis

Dans ce livre, il n’y a que Dolores qui parle vraiment, on va voir toute l’histoire de son point de vue. En effet, on trouve Dolores au poste de police, qui y est pour raconter sa version des faits après la mort de sa patronne, Vera Donovan. Mais elle ne va pas seulement raconter ce qu’il s’est passé la journée d’hier, jour de la mort de sa patronne, elle va parler de toute sa vie, elle va vider son sac, et enfin se décharger d’un poids. Elle va donc passer des heures, à expliquer sa vie, ses choix et elle va assurer qu’elle n’a pas tué Vera et dès le début elle assure qu’a la fin de son histoire, tout le monde croira en sa version.

On se rend très vite compte que Dolores n’a pas eu une vie facile avec son mari Joe, elle devait travailler très dur pour subvenir aux besoins de sa famille, car son mari ne le faisait pas, il préférait boire et jouer au poker. Mais grâce à son caractère d’indépendante, qui est prête à tout pour sa famille elle fait avec, pour le bien de ses enfants. On va connaître les parties les plus importantes de sa vie, de sa rencontre avec Joe, jusqu’au jour de la mort de Vera, il est nécessaire pour elle de raconter cela, pour que les deux agents de police comprennent les raisons qui ont fait d’elle qui elle est et aussi ses choix. Car certes il nie le meurtre de sa patronne, mais elle avoue sans problème qu’elle a tué son mari trente ans plus tôt.

J’ai vraiment apprécié le caractère de cette vieille dame, qui s’appelle elle-même une garce, elle n’a pas sa langue dans sa poche, elle a du caractère, elle est indépendante, elle est intelligente et même si elle a l’air de ne pas avoir beaucoup de sentiments au début, on se rend compte au fur et a mesure du livre, que sous sa carapace qu’elle a du se créer, elle reste sensible, et elle a un bon cœur.

Sinon, a propos de Vera Donovan, il m’a fallu du temps pour l’appréciée, j’ai du attendre d’avoir des détails sur sa vie pour éprouver de la sympathie, et étrangement elle a pas mal de point commun avec Dolores, ce que je n’aurais pas deviné au début.
Je ne vais pas trop parler de Joe, car je ne l’aime vraiment pas, pour moi il n’a pas d’excuse pour ce qu’il a fait, mais bon, sans Joe, Dolores ne serait pas qui elle est aujourd’hui, elle ne serait pas devenue aussi forte.

J’ai donc vraiment aimé cette lecture, la vie de Dolores n’est pas forcément joyeuse mais elle est passionnante, et j’ai apprécié le rebondissement de la fin, c’est toujours un peu plus ^^ Je trouve l’écriture fluide et les personnages ont pas mal de facettes. Je découvre donc Stephen King pour la première dans ce livre, et je ne le regrette pas, sauf peut-être de ne pas avoir commencer à lire Stephen King plus tôt. Donc si vous n’avez pas encore lu celui-ci, je vous le conseil, il vaut vraiment le coup.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...